Réhabilitation de cohésion sociale

Ce projet est financé par CORDAID / Hollande sous le " Programme de renforcement des compétences et des stratégies d’action des artisans de paix dans les pays des grands lacs africains : phase de consolidation et de capitalisation des résultats et des expériences" et est exécuté dans trois pays unis par le même sort de la colonisation: le Rwanda, le Burundi et la République Démocratique du Congo (RDC).

Le programme RECOSO doit son origine dans le cadre des activités initiées au terme du symposium international sur l’éducation à la paix tenu à Bukavu en juin 2003, regroupant les délégués des sociétés civiles du Rwanda, du Burundi et des provinces de l’Est de la RD Congo. Dans la multitude des actions proposées, celles relevant de la cohésion sociale avaient touché les préoccupations des artisans de paix dans tous les coins tenant compte de la situation qui prévalait dans tous nos pays de la sous région des grands lacs.

C’est sous cette optique que le programme RECOSO a été élaboré avec comme stratégies de mise en œuvre la dimension sous régionale en y intégrant d’autres organisations des sociétés civiles des pays voisins. Cette option a été une des conditions pour la réussite de la réalisation de ce programme.

Il a été démontré que les réalités et les problèmes des pays de la sous région connaissent une certaine interaction et même la similitude quant au contexte et pistes de solutions à proposer comme réponses aux problèmes vécus.

Depuis 2004, CORDAID avait accepté d’appuyer le premier programme qui avait pris fin en 2006 et sommes en pleine exécution de la seconde phase qui est en exécution depuis janvier 2007.

L’objectif principal de ce programme est de contribuer à la professionnalisation des organisations et acteurs d’éducation à la paix de la société civile en vue d’assurer l’efficacité des activités de construction de la paix et l’émergence d’une paix durable dans la sous région des pays des grands lacs africains.

La stratégie d’exécution de ses activités utilise très fortement les points focaux qui sont des groupes de diffusion des actions dans leurs milieux respectifs. C’est sous cette optique que les activités ci-après ont été organisées :

  • Analyse et fonctionnement des cadres de concertation dans les points focaux.
  • Identification des organisations d’éducation à la paix au Rwanda, au Burundi et à l’Est de la R.D.Congo
  • Identification des besoins en formation en matière d’éducation à la paix pour les artisans de paix en RD Congo (Bukavu, Goma, Uvira), au Rwanda (Kigali, Butare, Gisenyi), au Burundi (Bujumbura, Gitega)
  • Recherche sur les compétences sociales dont la première étape s’était attelée à l’identification des indicateurs de la situation de non paix à base desquels les compétences étaient dégagées partant du contexte multiforme qui règne dans la sous région.
  • Recherche action sur la méthodologie d’évaluation d’impact dans les pratiques de paix
  • Recherche sur la manipulation ethnique comme source des conflits dans les pays des grands lacs africains
  • Formation des formateurs sur « la communication non violente comme outil de prévention des conflits et d’éducation à la paix » organisée à Bujumbura en août 2006 ;
  • Formation des formateurs et encadreurs des jeunes sur l’utilisation de l’outil « débat » comme moyen d’éducation des jeunes à la paix, avec la facilitation d’une organisation rwandaise « TUVUGE TWIYUBAKA » dans le cadre de l’échange des compétences et d’expertise entre organisations ;
  • Formation des formateurs sur l’animation de l’outil « Vers la citoyenneté sur le sentier de la paix » dans le cadre du projet commun RIO-UMUSEKE à Goma, à Cyangugu et à Bukavu
  • Atelier des leaders des confessions religieuses sur leurs « rôles dans la consolidation de la paix et la reconstruction dans les pays de la sous région des Grands Lacs », tenu à Bujumbura en février 2007.
  • Participation à la formation sur le renforcement des notions de la communication non violente organisée par « The center for non violent communication » organisée par une organisation Belge, organisée à Bujumbura au  Burundi.
  • Participation au forum régional des jeunes sur le « débat » comme outil d’éducation à la paix et à la tolérance
  • Participation à la formation sur les marionnettes comme outil d’éducation à la paix, avec l’appui d’ICCO/Hollande en faveur de ses partenaires intervenant en éducation à la paix
  • Participation aux concertations, aux sessions de formation et aux ateliers de planification du cadre de concertation des partenaires de CORDAID et CMC
  • Participation à la rencontre d’échange des animateurs impliqués dans l’animation de l’outil « vers la citoyenneté sur le sentier de la paix » à Bukavu en Avril 2009.
  • Participation à la grande rencontre des jeunes de la sous région sur l’outil « vers la citoyenneté sur le sentier de la paix » en juillet 2009.

Plusieurs outils ont été utilisés pour la réalisation de ces différents résultats:

  • Sentier de la paix de la part de l’organisation « UMUSEKE » de Kigali;
  • Outil « Débat » de la part de l’organisation « Tuvuge Twiyubaka »;
  • CINEDUC (Cinéma pour l’éducation);
  • Outils audio visuels pour l’éducation civique, de préparation aux élections et sur la bonne gouvernance de la part de la synergie des musiciens de la ville de Bukavu;
  • Marches vers la paix de la part de l’organisation AJPR (Actions pour la Justice la Paix et la Réconciliation) de la province de Bandundu en RDC;

Deux programmes ont été appuyés et un troisième est entrain d'être appuyé par le bureau CORDAID. Il s’avère utile de constater que les artisans de paix partant de leurs efforts de contribution à l’établissement de la paix expriment et se butent à des nouveaux besoins. Est-il vrai qu’actuellement la paix n’est pas perçue de la même manière dans tous les pays de la sous-région et même à l’intérieur de ceux-ci. C’est pourquoi les efforts de paix accomplis doivent maintenant être accompagnés par des actions d’appui de la bonne gouvernance en vue de la stabilisation des conditions existentielles des populations. Cela conduirait automatiquement à un développement durable.