PRDP

Programme régional d’éducation en développement et paix au Sud-Kivu et dans la région des Grands Lacs

Il est la suite du programme/projet PRP pour une période allant du 1er janvier au 31 décembre 2014.

Il est financé par Pain pour le monde de l’Allemagne.

La vision de ce programme est qu’une culture de la paix soit matérialisée par le savoir vivre ensemble ancré dans la région des grands lacs.

De manière directe, la mission du projet est que

  • des femmes et hommes ayant participé aux cours de formations, aux recherches-actions et aux rencontres transfrontalières appliquent les compétences nouvellement acquises dans leur travail ;
  • des femmes et hommes soient formés pour devenir alphabétiseurs ; et que des personnes analphabètes (en majorité des femmes) aient appris à lire, à écrire et à calculer et comprennent les règles démocratiques au niveau local ;
  • des organisations et écoles utilisent des nouvelles séries de manuels, de publications et du matériel didactique en matière d’éducation à la paix, de résolution de conflit, de bonne gouvernance / gestion et
  • des mass-médias diffusent des informations concernant les activités et le lobbying pour la paix.

L’objectif global convenu entre le répondant du PRDP avec ce bailleur est :

La compétence individuelle et institutionnelle des promoteurs de la paix, des droits de la personne et du développement dans les églises et dans la société civile est renforcée.

Des objectifs spécifiques convenus

De manière spécifique, le projet va permettre de :

-        développer des compétences en matière d’éducation à la paix et transformation des conflits ; de gouvernance participative ; de démocratie et de développement en développant des programmes de formation ; des outils méthodologiques et des matériels pédagogiques s’adressant à des personnes issues de nombreux secteurs ;

-        promouvoir les recherches et les initiatives innovatrices de changement social auprès des communautés, des organisations de l’Eglise, de la société civile ainsi qu’auprès de leurs cibles ;

-        mettre en œuvre des réseaux des acteurs de l’Eglise et de la société civile engagés dans la promotion de la bonne gouvernance, de la culture de paix, de la culture citoyenne et démocratique pour des actions de plaidoyer et de lobbying.

Les méthodes utilisées pour évaluer les effets directs et indirects du projet sont entre autres :

-     l’élaboration et l’administration des outils de suivi (questionnaires et fiche de suivi) des activités, des résultats et des projets / programmes, leur évaluation par rapport aux résultats escomptés ;

-     l’analyse des correspondances de feed back ;

-     l’analyse du contexte ;

-     l’exploitation critique des rapports des organisations humanitaires et de défense des droits humains, de la police, etc. ;

-     l’entretien avec les populations et organisations bénéficiaires des actions du RIO à la base ;

-     la participation aux rencontres des clusters.

Pour son opérationnalité, le programme a ciblé six (6) volets d’activités, à savoir :

  1. Capacitation, développement institutionnel et renforcement organisationnel ;
  2. Innovations sociales et rencontres
  3. Communication
  4. Coordination
  5. Personnel et charges sociales
  6. Consultants externes