INTERPEACE - Choix d'un thème porteur

 

Les critères de sélection suivants ont été pris en compte dans la sélection du facteur de division retenu :

  1. le caractère crucial pour la paix régionale ;
  2. la faisabilité (niveau) : aspects politiques, moyens financiers, contexte favorable, niveau de risques, capacité à s’attaquer au problème ;
  3. l’acceptabilité ;
  4. la valeur ajoutée ;
  5. l’effet multiplicateur sur les autres facteurs de division.

L’idée du consensus dans le choix du facteur à retenir étant de mise, le facteur Stéréotypes et manipulations identitaires a été sélectionné. C’est sur ce critère que le programme travaillera d’abord. Par ailleurs, un regard pourra toujours être jeté sur l’un ou l’autre des trois autres facteurs dégagés lors de la phase exploratoire. Ce thème relatif aux stéréotypes s’est avéré le plus pressant dans la dynamique de la consolidation de la paix. En effet, les stéréotypes et les manipulations identitaires ont été des pesanteurs sur presque les grands conflits survenus dans la région des Grands Lacs. Ils ont eu la possibilité de déclencher, alimenter et prolonger des conflits.

Au total, 13 focus groups, réunissant près de 350 personnes, ainsi que 38 entretiens individuels, ont été réalisés, répartis uniformément sur toutes les provinces Nord et Sud-Kivu de la RDC que le Rwanda et le Burundi. Ces activités ont été filmées et un rapport narratif de recherche ainsi qu'un film documentaire ont été produits.

En vue d’assurer l’appropriation des résultats de recherche-dialogue autour du « thème les stéréotypes et les manipulations identitaires », des séances de restitutions ont eu lieu pour le rapport narratif, pour le film documentaire ainsi qu’une opportunité pour faire connaitre le programme, ses objectifs, l’approche utilisée et les activités importantes à conduire sur le terrain.

Le choix des participants se fait en suivant la ligne déterminée par le programme en ce qui concerne  les « Boundarypartners ». Chaque « Boundarypartner » doit être représenté dans les réunions de restitution.

Il s’agit d’organiser deux réunions de restitution par zone de recherche : une atour des boundarypartners « preneurs de décision » et « organisations régionales » qui se passera probablement dans la capitale de la province / du pays, et qui devrait être organisée et conduite conjointement par les deux organisations au Sud Kivu et au Nord Kivu. Une autre réunion de restitution se passera en dehors de la capitale sur le terrain, à un endroit jugé propice par les organisations partenaire, et qui aura comme accent les « membres des communautés », surtout les participants à la recherche préparatoire. Cette réunion sera organisée par chaque une des organisations partenaires dans sa zone. Le boundarypartner « organisations de la société civile », avec un accent sur les organisations des jeunes, des femmes, et celles ouvrant dans la consolidation de la paix, seront invités pour les deux réunions de restitution.

La représentation des femmes y a été exigible à plus de 30% de tous les participants pour chaque séance de restitution durant laquelle le nombre de participants n’a pas dépassé 30 personnes afin de faciliter la prise de parole et l’échange.