INTERPEACE

L'expérience de INTERPEACE remonte à 1994 et part du projet War-Torn Societies (WSP) :

  1. De 1994 à 1998 : Mise en œuvre du projet War-Torn SocietiesProject avec des exercices pilotes en Erythrée, au Mozambique, au Guatemala et au nord-est de la Somalie (aujourd’hui la région du Puntland) ;
  2. De 2000 à mi 2006 : WSP International est enregistré en tant qu'organisation internationale non-gouvernementale en Suisse. De nouveaux programmes sont exécutés dans la partie sud-centre de la Somalie, au Rwanda, en Macédoine, en Israël et en Palestine ;
  1. De mi 2006 à présent: International Peace Alliance (INTERPEACE).

La mission d’INTERPEACE se concentre sur les deux pôles suivants, par ordre de priorité :

  1. Renforcer l’aptitude des sociétés à gérer les conflits de manière non-violente et non-coercitive en soutenant les acteurs nationaux dans leurs efforts pour développer la cohésion sociale et politique ;
  2. Aider la communauté internationale (et plus particulièrement les Nations Unies) à jouer un rôle plus efficace dans son appui aux efforts de consolidation de la paix à travers le monde.

INTERPEACE entretient des relations spéciales avec les Nations-Unies sur diverses manières:

  1. Collaboration opérationnelle sur terrain en Chypre, en Israël et en Palestine ;
  2. Partenariat avec Policy and Mediation Division du Département des Affaires Politiques de l’ONU ;
  3. Partenariat avec Peacebuilding Support Office de l’ONU.

INTERPEACE a agi aussi dans le monde en différents programmes dans le temps :

  1. Programmes anciens: en Erythrée, au Mozambique, en Macédoine, au Guatemala, en Indonésie (Aceh) ;
  2. Programmes actuels : au Rwanda, au Burundi, en Somalie, en Guinée-Bissau, au Libéria, en Israël, en Palestine, en Chypre, au Timor-Leste, les programmes dans l’Amérique Centrale;
  3. Programmes nouveaux : en région des Grands Lacs africains, en Libye, au Mali.

Pour notre sous-région, INTERPEACE implémente le projet «  Dialogue transfrontalier pour la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs ».

Il avait commencé par une série de consultations au niveau de la Région des Grands Lacs afin d’engager la population dans un processus visant à déterminer les défis majeurs à la consolidation de la paix tels qu’ils sont vus par les citoyens de la région.

Pour cela, Interpeace s’est joint aux partenaires de trois pays ciblés, le Burundi, le Rwanda et la RD Congo. Il s’agit précisement,

  1. pour le Burundi, du Centre d’Alerte et de Prévention des conflits (CENAP) de Bujumbura ;
  2. pour le Rwanda, de l’Institut de Recherche et de Dialogue pour la Paix (IRDP) de Kigali au Rwanda ;
  3. pour la RD Congo, du Centre d’Etudes Juridiques Appliquées (CEJA) de Butembo et de Pole Institute de Goma,  en province du Nord-Kivu et de Action pour la Paix et la Concorde (APC) et du Réseau d’Innovation Organisationnelle (RIO) de Bukavu en province du Sud-Kivu.

Interpeace croît au principe que les citoyens doivent être au centre de toute initiative visant la consolidation de la paix par une appropriation accrue dès le début du processus. Il s’agit en effet d’un processus et non un programme ponctuel à mettre en œuvre par une action limitée. C’est un processus participatif pour le long terme visant le renforcement des capacités de la société à gérer elle-même les défis auxquels elle est confrontée. Ce processus commence toujours par une étape de recherche et dialogue qui permet aux citoyens de faire un diagnostic collectif et participatif sur les défis de la paix.

C’est pourquoi dans le cadre du programme visant la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs, dans une première phase, Interpeace avec ses organisations partenaires, disposant d’une expérience de terrain, a mené des consultations au niveau de trois pays de la région (RD Congo, Burundi, Rwanda) pour identifier les obstacles à la paix.