Projet des familles d'accueil et des déplacés

Le Projet de résolution des conflits entre communautés d'accueil et populations déplacées dans le territoire de Mwenga

Le gouvernement de la RD Congo a lancé en juillet 2009 des opérations militaires baptisées « Opération Kimia II » dans la province du Sud-Kivu. Ces opérations qui étaient dirigées contre les groupes armés Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda « FDLR » et les autres groupes armés dans des zones où la population civile habite ont eu comme conséquence, un afflux massif des déplacés dans plusieurs localités du territoire. Dans ces zones d’accueil, on a aussi noté plusieurs cas des conflits surgis entre les communautés d’accueil et les déplacés sans oublier des difficultés d’ordre socio-économique et culturel liées à leur intégration. Par ailleurs des abus aux droits des femmes et enfants déplacés sont restés fréquents dans les milieux d’accueil. De même, l’environnement a subi une détérioration suite à la recherche du bois de chauffe ; le VIH/SIDA s’est propagé suite à l’ignorance des modes de protection y relatifs par les déplacés ; les difficultés d’accès à la scolarité des enfants, aux soins médicaux, et à l’alimentation nécessaire s’y sont mêlées pour accabler davantage la population tant résidente que déplacée. Les FDLR ne cessent de causer cris et désolations aux paisibles paysans provoquant ainsi des déplacements inopinés même sans attaque de la part des opérations Kimia II transformées en opération « Amani leo ». Les efforts du gouvernement central n’ont pas facilité le retour pacifique des combattants FDLR dans leurs pays d’origine. Ces combattants continuent à résister au retour volontaire et à semer la désolation dans le territoire.

Les communautés d’accueil en général et les déplacés en particulier, connaissent plusieurs difficultés relatives à la survie. Cette situation que ces deux groupes endurent depuis belle lurette s'est empirée pendant la période de la mesure de suspension de l’exploitation minière artisanale créant un chômage au sein de la population orpailleuse. Les communautés locales, pour la plupart en chômage et dépourvues, se sont retrouvées obligées de supporter leurs hôtes alors qu’elles n’avaient pas de moyens conséquents; ce qui a été à la base de plusieurs conflits entre elles et les déplacés.

C’est pourquoi, le RIO avait conçu et mené le projet de résolution des conflits entre communautés d’accueil et populations déplacées en territoire de Mwenga.